Blüemlisalphütte, Hohtürli, Kiental

La cabane de la Blüemlisalp se situe dans le patrimoine mondial de l’Unesco Jungfrau-Aletsch.

“Le vrai bonheur coûte peu ; s’il est cher, il n’est pas d’une bonne espèce” (Chateaubriand).

“Si l’éclat des étoiles doublait, l’univers serait à jamais ténébreux” (Goethe).

Presque une année après mon premier 3000m en compagnie d’Ana, voici mon deuxième 3000 seul, histoire de se retrouver soi-même et de puiser cette énergie qui se trouve en haut, le ciel, le soleil, les arbres, les pierres surtout, l’eau et les glaciers, mais encore l’air, surtout l’air qui caresse la peau et le visage.

Dieu, l’être suprême, unique, transcendant, universel, créateur de toutes choses, doté d’une perfection absolue présent ce jour là…

Je suis parti 7 ans jour pour jour après mon accident du 30 août 2006… À la recherche d’une chose que j’ai trouvé à plus de 3000m pour être exact 3088m sur le GPS! Seul j’étais à ce moment là, un 31 août mais c’est une autre histoire…

A l’arrivée du télésiège Läger de Kandersteg, ou depuis la vallée pour les stakhanovistes, on rejoint la rive du lac et son restaurant. Ignorer le premier panneau Blümlisalphütte pas loin du télésiège, car ça sera notre itinéraire de descente. Par contre on peut très bien suivre le deuxième panneau Blümlisalphütte ou aller jusqu’au restaurant du lac et ensuite le longer. Cela revient au même. L’idée est de monter à Oberbärgli par le sentier inférieur (par Underbärgli) et de revenir par le sentier supérieur (Heuberg).

Le tracé de l’itinéraire au nord du lac a dû s’adapter aux formidables falaises qui l’encerclent: ça monte et ça redescend à plusieurs reprises. On gagne tout de même un peu de hauteur. Après 1h30  (45 min de la rive du lac), on est à Underbärgli (restaurant). Comme le nom l’indique, le lieu est “sous la montagne”, plus exactement sous la falaise qui ferme le fond du lac. A cet endroit, elle se laisse aisément franchir. 30 minutes éreintantes dans le rocher, avec marches taillées dont la hauteur coupe les jambes, et quelques câbles pour assurer, et on se retrouve “au-dessus”, à Oberbärgli. Encore un restaurant ici, mais c’est le dernier! De nombreuses vaches profitent de cet endroit au relief moins accidenté.

On pense avoir un répit dans ce vallon peu escarpé, mais non. On entame une terrible montée à flanc de coteau qui dure environ 1h15. Lorsqu’elle se termine enfin, on entre dans un magnifique belvédère face aux glaciers. Il y a de bonnes chances de voir des parties du glacier suspendu s’en détacher. La cabane est perchée sur une crête. Les 90 minutes qui suivent sont moins éprouvantes, et en plus l’endroit se prête idéalement à une pause ou un picnic.

Ce repos aidera à mieux digérer la terrible montée finale: 60 minutes raides à travers de la caillasse noire… Le sentier ne s’embarrasse pas de zigzags. Ca monte droit dans la pente jusqu’à Hohtürli. Le col est finalement atteint, et 30 minutes plus tard la cabane de la Blümlisalp. Durée totale: env.6h30 de l’Oeschinensee. (Bon je suis pas très rapide et je fais beaucoup de photos, films et pauses…) mais un très bon marcheur le fait en 4 heures env.

Une randonnée classique est la traversée Oeschinensee-Griesalp. Pour cela il faudrait redescendre de l’autre côté du col de Hohtürli. Vous trouverez facilement des infos sur cette variante en faisant appel à Google. Pour ma part, je suis venu par le train jusqu’à Kandersteg, je redescend par le même chemin.

Pour diverses raisons je ne publierai pas le film mais seulement un diaporama photos pris avec une GoPro HERO 3 Black 🙂

Bien à vous

Yves

Excursions

Bärentrek (Meiringen-Gsteig), Trekking de cabanes Hintere Gasse et Via Alpina Nr. 1 (Vaduz FL – Montreux) sont des chemins de randonnées à long terme qui conduisent au Hohtürli et à la cabane de la Blüemlisalp ; de l’ouest à l’est ou à l’inverse.

Bärentrek
Meiringen – Roselaui, Grosse Scheidegg – Grindelwald – Alpiglen – Kleine Scheidegg, Lauterbrunnen – Gimmelwald – Rotstockhütte, Sefinenfurgge – Gspaltenhornhütte, Hohtürli – Blüemlisalphütte, Oeschinensee – Kandersteg – Schwarenbach, Chindbettipass – Engstligenalp, Ammertenpass – Siebenbrunnen –Rezliberg – Iffigenalp, Iffigensee – Stieretungel – Lauensee – Lauenen, Walliser Wispile – Gsteig.

Trekking des cabanes 5 jours
Lauterbrunnen – Lobhornhütte – Rotstockhütte – Gspaltenhornhütte – Blüemlisalphütte – Kandersteg

Trekking des cabanes 4 jours
Mürren – Rotstockhütte – Gspaltenhornhütte – blüemlisalphütte – Kandersteg

Les trekkings des cabanes peuvent être réservés chez Jungfrau Tourisme.

Blüemlisalphütte – Fründenhütte par la Fründenschnur
Depuis la cabane de la Blüemlisalp descendre en direction du lac d’Oeschinen. Sur les hauteurs de Unteres Bergli suivre le chemin sillonné direction est le long de la Fründenschnur (sentier exposé mais beau, passable seulement pour des randonneurs exercés et sans vertiges), puis ascension vers la Fründehütte.
Durée de marche: 4h30mn.


Petites excursions à partir de la cabane

Sommet de randonnée de la Wilde Frau : Depuis la cabane en une heure. Vue imposante sur les glaciers et sommets environnants. Uniquement pour randonneurs exercés : pas de sentiers marqués !

Schwarzhorn – Bundstock : Depuis la cabane descendre 10 minutes en direction de Kandersteg et traverser horizontalement la dépression. Grimper le lond de chaînes et cordages sur l’arète du Hohtürli, puis sur le Schwarzhorn. Durée de marche: Schwarzhorn 45 mn – Bundstock 1h30mn
Une vue imposante sur le massif de la Blüemlisalp et sur le lac d’Oeschinen vous attend. Uniquement pour randonneurs exercés : le sentier n’est pas marqué tout le long.

Promenade vers le glacier : En seulement 10mn vous atteignez le bord du glacier et jouissez de la vue sur le glacier. Construisez votre propre bonhomme de pierre et immortalisez-vous dans la magnifique coulisse de la Blüemlisalp.

7 thoughts on “Blüemlisalphütte, Hohtürli, Kiental

  1. Sourire et découvrir
    Des vallées jonchées
    De parcelles de rêves
    Quand s’éveille l’onirisme
    Comme un jeune bouquet
    De soleils juvéniles
    D’où s’échappent par bouts
    Des petits cieux timides
    Aux joues colorées
    En lilas délicat
    Et l’halène du café,
    Noir comme une nuit d’amour,
    S’élève en petits nuages
    Promenant leurs traces
    Dans le vent qui tangue
    Le désir de s’évanouir
    Sur une feuille d’érable.
    Sourire et découvrir
    Que nos yeux cachés
    Voient l’invisible beauté
    Dans le cœur qui bat
    Au creux de la création
    De la magie de l’esprit
    Qui jouit d’une autre vie
    Quand s’endort le corps
    Sous le charme d’une étoile…

  2. Juste toucher du bout des doigts les ailes des anges…

    S’offrir un petit moment Zen,
    Quelques instants de repos,
    Suspendre un instant cette course qui t’emmène,
    Découvrir la saveur de territoires nouveaux.

    Il est bien parfois d’échapper
    Aux caresses illusoires,
    Du temps, de ne retenir que le meilleur du passé et
    Fixer son regard sur la rose à peine éclose et d’y voir,

    Toute la beauté éphémère d’une vie.

    Voilà ce que m’inspire ta ballade, bien à toi,

    Muriel

  3. 🙂 Merci Stéphanie,
    Oui en effet ça a dépassé de très loin mes espérances et attentes ces deux jours!
    J’ai vu beaucoup de choses depuis 45 ans, mais les deux journées du 30 et surtout celle du 31 août 2013 resteront à tout jamais dans ma mémoire… 🙂
    Je repars déjà bientôt pour un autre 3000…
    Yves

  4. wow, c’est à couper le souffle! Me prendras-tu avec (mentalement) à defaut de physiquement lors de ton prochain voyage lunaire! Belle aventure que tu nous offres là. Un grand merci!!!
    Sandra

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s