Merci à vous tous et toutes :-) Thank you one and all

“Le courage croît en osant et la peur en hésitant” (Syrus)

  Musique: L’orange bleue / Michel Berger

Picture@Jessana Cailin
Picture@Jessana Cailin 

Grâce à vous et vos partages, aujourd’hui le Blog a fait le tour du monde… Certains disent que le destin est une chose qui ne se commande pas, que nous n’avons pas d’emprise sur lui, j’ai une certitude, notre destin fait partie de nous, et y suffit d’êtres assez courageux et rebelle pour s’en rendre compte. Friends are like stars, they come and go, but the ones that stay are the ones that glow.

Country Visit
France FlagFrance 4 934
Switzerland FlagSwitzerland 4 223
Belgium FlagBelgium 863
Canada FlagCanada 295
United States FlagUnited States 223
Germany FlagGermany 151
Indonesia FlagIndonesia 95
Réunion FlagRéunion 92
Colombia FlagColombia 89
Algeria FlagAlgeria 81
Italy FlagItaly 61
Russian Federation FlagRussian Federation 42
Tunisia FlagTunisia 36
Morocco FlagMorocco 35
Espagne FlagEspagne 32
Netherlands FlagNetherlands 26
United Kingdom FlagUnited Kingdom 26
Australie FlagAustralie 24
Ukraine FlagUkraine 24
Côte d'Ivoire FlagCôte d’Ivoire 19
Thailand FlagThailand 14
Brazil FlagBrazil 9
Martinique FlagMartinique 8
Chile FlagChile 8
Slovakia FlagSlovakia 8
Luxembourg FlagLuxembourg 7
French Guiana FlagFrench Guiana 7
Turkey FlagTurkey 7
Norway FlagNorway 7
French Polynesia FlagFrench Polynesia 6
Congo, the Democratic Republic of the FlagDemocratic Republic of the Congo 6
Korea, Republic of FlagRepublic of Korea 6
Poland FlagPoland 5
Portugal FlagPortugal 5
Hong Kong FlagHong Kong 4
Romania FlagRomania 4
Madagascar FlagMadagascar 4
Palestinian Territory, Occupied FlagPalestine, State of 4
New Caledonia FlagNew Caledonia 3
Pakistan FlagPakistan 3
Haiti FlagHaiti 3
United Arab Emirates FlagUnited Arab Emirates 3
Israel FlagIsrael 3
Uruguay FlagUruguay 3
Ireland FlagIreland 3
Lebanon FlagLebanon 2
Burundi FlagBurundi 2
Île Maurice FlagÎle Maurice 2
Finland FlagFinland 2
Serbia FlagSerbia 2
Porto Rico FlagPorto Rico 2
Sweden FlagSweden 2
Libya FlagLibya 2
Mexico FlagMexico 2
Ghana FlagGhana 2
Guadeloupe FlagGuadeloupe 1
Moldova, Republic of FlagMoldova 1
Czech Republic FlagCzech Republic 1
Venezuela FlagVenezuela 1
Cambodia FlagCambodia 1
Brunei Darussalam FlagBrunei Darussalam 1
Croatia FlagCroatia 1
Kenya FlagKenya 1
South Africa FlagSouth Africa 1
Austria FlagAustria 1
Slovenia FlagSlovenia 1
India FlagIndia 1
Mongolia FlagMongolia 1
Belarus FlagBelarus 1
Argentine FlagArgentine 1
Congo FlagCongo 1
Japan FlagJapan 1
Ecuador FlagEcuador 1
Latvia FlagLatvia 1
Hungary FlagHungary 1

Les Alpes The Time Machine

Pour arriver au Creux-du-Van vous pouvez sortir de l’autoroute à St-Aubin NE et 20min plus tard vous êtes à la place de parc du restaurant “le Soliat”… Depuis la place il restera environ 45min de marche 🙂 Merci petite GoPro pour tes belles images…

(Pour voir le film un clic sur la flèche)

Le Soliat
Le Soliat 6 février 2014

Depuis le Creux-du-Van le panorama sur les alpes est juste magnifique. Aujourd’hui le temps splendide, soleil… 50km/h de rafales à 1500m! Le D1x pris de superbes images, à faire croire que les alpes sont justes tout près de nous, la distance est oubliée grâce au téléobjectif de 450mm. Même un FA/18 de l’armée Suisse survola l’Eiger…

La nouveauté du jour: Mise en ligne de 360° Panoramas et la Webcam du Yeti

(Pour voir le diaporama un clic sur la flèche)

Musique: Alan Parsons / The Time Machine

Et de 4…

En haut les alpes
Descente… En haut, les Grandes Fauconnières

Aux Arbres…

La Toussaint est une fête catholique, célébrée le 1er novembre, au cours de laquelle l’Église catholique honore tous les saints, connus et inconnus. La Toussaint précède d’un jour la Commémoration des fidèles défunts, dont la solennité a été officiellement fixée au 2 novembre, deux siècles après la création de la Toussaint.

Une petite marche s’imposa cette après-midi histoire de ressortir le D1x et de s’aérer… 🙂

 

Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! – vous m’avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d’eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m’occupent tout un jour.
La contemplation m’emplit le coeur d’amour.
Vous m’avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l’esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l’oeil dans l’herbe profonde,
L’étude d’un atome et l’étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu,
Arbres, vous m’avez vu fuir l’homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s’élance,
Et je suis plein d’oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, – je vous atteste, ô bois aimés du ciel! –
J’ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encore tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,

Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l’on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère,
C’est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m’endormirai.

YVES@VICTOR HUGO

 

 

Nikon D1x, la photo, rien que la photo

D1X C’est que cet appareil de photo, même si je l’utilise assidûment depuis 2001, m’impressionne toujours même en 2013…Il y a de quoi être impressionné non? J’ai un plaisir énorme à utiliser ce Nikon, et je vois la différence, avec les reflex du marché actuels style Nikon D7000 etc…

Alors commençons par le commencement.

Le négatif d’abord…Euh!…

Non, je parle bien d’un appareil numérique, sans négatif, quoique…

Nikon sait parfois se montrer généreux dans ce qu’il offre avec ses appareils…

Lorsque vous achetez un D1X, vous recevez NikonView (un catalogueur en fait), un boîtier, et… c’est tout. Ah non, j’oubliais: le bouchon du boîtier est offert.

Cela pour la somme de 9’990 francs suisses, oui oui en 2001!

(environ 6500 euros) hors action de reprise faite aux pros.

Mais ce n’est pas fini!

Vous n’avez acheté que le boîtier, et encore! Normal pour un reflex professionnel, on ne va pas vous imposer un objectif que vous êtes sensé avoir depuis longtemps.

Mais chez Nikon, même si vous avez l’objectif, vous devez encore acquérir:

  • le chargeur MH16 pour environ 600 francs en 2001 (400 euros)
  • un accumulateur (au minimum, voir en fin d’article) EN4 original pour 250 francs 2011 (environ 200 euros) Vous voulez un logiciel capable de travailler les fichiers RAW de l’appareil? Allez, hop, 198 francs supplémentaires pour acheter Nikon NX2. Et ce n’est toujours pas la fin! Vous voulez nettoyer votre capteur? Pas de problème, mais pour bloquer le miroir en position haute, vous devez disposer de l’adaptateur secteur EH-4, qui vous est vendu 210 francs.

Cela dit, quel bel appareil.

Le tour du propriétaire

Je vous donne maintenant les spécifications principales, pour que vous sachiez exactement techniquement à quoi vous avez à faire.

Nikon D1X Spécifications principales

  • Taille du capteur CCD (L x H) [mm] 23.7 x 15.6
  • Pixels effectifs [million] 5.47, 5.33 mais effectifs 10.25 millions de pixels avec Nikon NX2  🙂
  • Modes de mise au point: 5 Area Dynamic (Multi-CAM1300)
  • Sensibilité équivalente ISO (Min-Max): 125-800 avec possibilité de monter à 1600 ou3200 ISO par choix de fonction personnalisée
  • Taille des images en pixels: 3008 x 1960 et 2000 x 1312… Mais attention en sera en 4016 x 2616 avec le logiciel NX2
  • Images par secondes (continu) Mémoire tampon (vues JPEG/TIFF): 9/3 (avant mise àjour de la barrette mémoire.
  • Modes couleur: Mode I (sRGB); Mode II (Adobe RGB);
  • Modes d’exposition: P, S, A, M.
  • Vitesses d’obturation [s] 30 – 1/16’000! oui oui 1/16’000!! WOW
  • Interface: IEEE1394 (Firewire) 800
  • Compatibilité avec la gamme d’objectifs: tous les objectifs de type F sont utilisablesmais toutes les fonctions de l’appareil ne sont disponibles qu’avec les AF Nikor type D et G. La focale native des objectifs est à multiplier par 1.5 en équivalent numérique sur un D1X: un 50 mm sera ainsi équivalent à un 75 mm.
  • Poids approximatif sans accus ni objectif:1100 g
Pour vraiment tout savoir à propos des spécifications techniques, regardez ici l’analyse très complète donnée par l’excellent dpreview.com. Vous y trouverez également tout plein d’illustrations. Comme vous le voyez, le Nikon D1X n’est pas un gadget. Nous avons réellement à faire à un magnifique appareil Pro, qui satisfera donc tous ceux qui doivent gagner leur vie en prenant des images fixes, mais également tous les amateurs d’appareils offrant toutes les possibilités imaginables que l’on attend de trouver dans un appareil haut de gamme!! oui oui en 2001…Nous sommes bien en 2013!
En plein changement d’objectif…Vite, viiiiiite, mon capteur va prendre la poussière…

Le Nikon D1X est un appareil qui donne immédiatement confiance.

Doté d’une finition impeccable, son boîtier en magnésium est tropicalisé, pour supporter une averse sans trop de risque. Attention, il est exclu de plonger l’appareil dans l’eau, mais ce reflex doit supporter des conditions habituellement interdites à des appareils normaux.

Tout ce qui est touché par les mains est recouvert d’une gaine caoutchoutée qui permet d’avoir l’appareil parfaitement en mains, ce qui, avec le poids de 2.1 kg avec un zoom 24-85 mm, n’est pas sans importance.

L’appareil peut être tenu confortablement aussi bien horizontalement que verticalement, et cela grâce à l’adoption traditionnelle dans les appareils professionnels de deux déclencheurs, dont l’un est situé tout en bas à droite de l’appareil.

Le déclencheur vertical à gauche, en position verticale… à droite! Il se trouve naturellement sous l’index droit en position verticale.

À l’arrière, l’écran TFT de 130’000 pixels reste lisible en extérieur, même s’il n’est pas aussi lumineux en plein soleil que la nouvelle génération des SQ.

En effet, en mode prise de vue, l’écran arrière d’un Reflex n’affiche pas ce que vous visez.

Ici, comme dans tous les reflex je le rappelle, pas de compromis: toute la lumière est envoyée au viseur pendant la visée, via le miroir habituel.

On regrette simplement le fait de ne pouvoir viser bras en l’air au-dessus d’une foule en voyant ce que l’on fait. C’est qu’avec le numérique, on prend des habitudes inimaginables il y a seulement quelques années!

Par contre, le D1X profite de son écran arrière en particulier pour gérer les menus bien plus simplement que ne le permettait le D1 (tout court), et bien entendu, pour visualiser les images une fois dans la boîte.

Signalons encore à propos de cet écran qu’il est protégé par un cache translucide que l’on peut facilement retirer (et se perdre) si le besoin s’en fait sentir, mais qu’on peut très bien laisser sur l’appareil à demeure, puisqu’il ne gêne pas trop la lisibilité de l’affichage. De plus, il n’est pas sensible aux traces de graisse (eh oui, ma peau est grasse, mais la vôtre aussi, je vous rassure) que laisse le nez qui se colle par défaut sur cet afficheur si l’on vise avec l’oeil droit, cela contrairement à la vitre de l’écran lui-même qui devient très vite assez sale. Et puis, ce cache évite les rayes, toujours un peu tristes sur ces petits bijoux.

Toujours au niveau de cet affichage, le Nikon D1X est doté de deux écrans LCD

  • le premier au-dessus de l’appareil, dédié aux réglages photographiques (choix programme, de prise de vue, divers décalages, vitesse et diaphragme, état de la charge de la batterie, type d’autofocus, nombre de photos restantes, modede flash)Les infos de l’écran LCD sur le haut de l’appareil.
  • le deuxième sous l’écran TFT, plus étroit et plus allongé, dédié aux fonctions personnalisées, au réglage de la balance des blancs et à celui de la sensibilité du “film” l’écran arrière, et ses commandes cachées par un volet à gauche, déprotégé à droite.
  • L’oculaire de ce viseur est doté, bien entendu, d’un réglage de dioptrie allant de -3 à +1. Il peut être bouché à l’aide d’un levier pour éviter la lumière parasite lors d’une prise sur trépied.
Il couvre 96% de l’image réelle, ce qui n’est pas un must absolu si l’on compare à ce que savent faire les appareils argentiques, mais n’est pas trop mal par rapport à ce qui se fait en numérique. Néanmoins, il faut savoir qu’on risque de cadrer trop large, ce qui représente un gaspillage de résolution un peu regrettable. Il est à souhaiter qu’on nous offre rapidement des viseurs 100% sur les numériques, puisqu’il n’a y plus de risque de rognage en impression ou lors des tirages.

Notez que contrairement à certains appareils moins chers, le D1X n’est pas capable d’afficher une grille “électroniquement”, grille pourtant bien pratique lorsqu’on fait de la photo d’architecture.. Il faut passer par l’achat d’une plage de visée spéciale mais heureusement disponible, c’est déjà ça.

Nous trouvons encore, à l’arrière de l’appareil, un sélecteur en croix permettant de naviguer dans les menus et dans les photos enregistrées lorsqu’on les visualise.

Prise de vue: une ergonomie faite de logique

Allez, nous sommes en face d’un appareil reflex pro, donc nous avons dans les mains un tout ce qui a fait ses preuves depuis des années sur un boîtier argentique.

Nous retrouvons:

  • le bouton “mode” qui, associé à une molette, permet de choisir parmi les désormais traditionnels programmes (P-tout auto, A-priorité au diaphragme, S-priorité à la vitesse et M-manuel)
  • le bouton de correction d’exposition forcée (de -5 à +5IL par incrément de 1/3 de IL)
  • tombant sous le pouce, on dispose du classique bouton de mémorisation del’exposition, et d’un bouton pour activer la mise au point automatique (exactement semblable à l’appui à mi-course sur le déclencheur).tout à gauche de l’appareil, nous trouvons dans une couronne divisée en trois partie.
  • le réglage du bracketing (prise de deux ou trois vues avec modification de l’exposition par pas de 1/3, de 1/2 ou de 1IL)
  • la sensibilité du “film”, réglable de 125 à 800 ISO par pas de 1/3, 1/2 ou 1IL selon un choix dans les réglages personnalisés, avec en plus la possibilité de booster cette sensibilité à 1600 et 3200 ISO, nous en reparlerons plus bas
  • les différents modes flash
  • synchronisation sur le premier rideau,
  • anti yeux rouges (inutile puisque le flash n’est pas intégré et que personnellement, je n’ai jamais vu un oeil rouge sur une de mes photos prises avec le D1X
  • anti yeux rouges avec syncro lente
  • synchro sur le deuxième rideau

Sous la couronne, on touche le sélecteur de mode, qu’il faut préalablement déverrouiller en appuyant un petit bouton sur l’avant de ladite couronne. Ces modes sont:

  • S: mode d’entraînement photo par photo)
  • C: mode continu (rafale), buffer de 9 images sans mise à jour de la barrette mémoire de l’appareil, 21 après (19 en mode Raw)) o Retardateur: de 2 à 20 secondes$
  • Play: visualisation des photos
  • PC: pour la connexion avec un ordinateur

Sur l’arrière de cette couronne, on aura accès à la touche d’effacement des images et à la gestion du moniteur TFT.

Sur le dessus de l’appareil, à droite du viseur, nous trouvons le sélecteur de modes de mesure de la lumière:

  • le mode de mesure matricielle 3D, qui a fait ses preuves chez Nikon depuis des années, mais qui ne peut être utilisé qu’avec des objectifs de type G ou D (tous les derniers objectifs de la marque depuis dix ans)
  • le mode de mesure pondérée centrale qui donne la prédominance aux 8 mm du centre de l’image, tout en tenant compte de ce qui se passe autour
  • le mode spot se base uniquement sur les 4mm au centre de l’image. À utiliser par exemple dans des cas de lumière extrêmes.
  • Sur l’avant de l’appareil, on trouve à gauche le sélecteur de mode de mise au point:
  • mode continu (l’appareil suit le sujet)
  • ponctuel (mise au point sur une des zones de l’autofocus)
  • manuel (mise au point manuelle) À noter que la retouche dans les deux autres modes n’est possible qu’avec les objectifs de type SWM (équivalent à l’USM chez Canon). Et l’on trouve à droite le testeur de profondeur de champ, si utile et malheureusement souvent inconnu du photographe de base.
  • Partie digitale: des menus bien ordonnésJe me souviens de la surprise que j’ai eue lorsque j’ai eu dans les mains le D1 de base, au niveau de sa gestion des menus.
  • On était au niveau véritablement basique extrême, pour ne pas dire niveau zéro.
  • Là, le D1X est à la hauteur et reprend toutes les réglages personnalisés dans quatre menus principaux: Visualisation, Set Up, Prise de vue, CST (Custom Settings Menu, dédié justement aux 32 fonctions qu’il fallait mémoriser avec le D1 de base).
  • Ouf, c’est vraiment plus ergonomique. Et c’est tant mieux parce que tout est configurable, jusqu’à l’extrême, que ce soit au niveau
  • du traitement électronique de l’image à la prise de vue (contraste, piqué) du nombre d’images par seconde, du sens du bracketing,
  • de la gestion du diaphragme pendant une changement de focale via le zoom, de la balance des blancs très sophistiquée: modes Auto, tungstène, ombragé, flash, lumière du jour, nuageux, tous avec un réglage fin disponible pour s’adapter aux différentes températures d’éclairage à l’intérieur d’un type, ainsi que bien entendu, un mode “blanc mesuré”
  • type de montée de sensibilité (voir plus haut) et j’en passe), en mode visualisation, par exemple au niveau de l’affichage de l’histogramme et des données sur chaque photo. Bref tout y est, et en français si désiré dans le texte.La navigation dans ces menus s’effectue via le sélecteur en croix, dans les quatre directions de base (gauche pour sortir d’un réglage, haut bas pour se déplacer entre les menus ou entre leurs commandes, et droit pour valider un réglage), ce qui, comme vous le voyez, est relativement simple.

Il faut préalablement avoir appuyé sur le bouton Menu, protégé par un volet métallique ingénieux.

Mode Play complet mais perfectible…

Nous en sommes à cet écran TFT, venons-en rapidement à la visibilité des photos. On peut tout voir au niveau technique, repérer les hautes et les basses lumières avec ou sans histogramme, visualiser ses images sous forme de vignettes (4 ou 9 images sur un écran).

Mais quel dommage de n’avoir qu’un seul mode d’agrandissement de l’image, que je trouve personnellement insuffisant pour être absolument certain de sa netteté! Là, des appareils de bas de gamme font mieux.

Et puis, le système de gestion de ces images est assez abscons. Il faut appuyer sur la touche Function, située sous l’afficheur ACL arrière, derrière un volet métallique, pour atteindre cet agrandissement. Vous avez laissé deux mois votre appareil dans son sac et vous devez replonger dans le manuel pour vous rappeler de ce fonctionnement.

En pratique, l’autofocus:

Le Nikon D1X, comme nous l’avons vu, tient parfaitement bien dans les mains, de par sa taille, et son poids respectable évitera les bougers intempestifs propres aux compacts trop légers.

La mise en route prend moins d’une demi-seconde (qu’on est loin des compacts!)et le déclenchement est digne d’un reflex argentique haut de gamme, avec une latence infinitésimale (0.058 secondes, qui doivent rendre “marteau” les possesseurs de certains compacts qui prennent une photo 2 secondes après le déclenchement).

Cette mise au point peut s’effectuer

  • en mode Continu et en ce cas, l’appareil est tout à fait capable, pour autant qu’on ait activé ce que Nikon appelle l’autofocus “dynamique” de suivre un sujet rapide, pour autant que l’utilisateur soit à même de viser correctement, ce qui, avec les longues focales, n’est pas toujours évident
  • en mode Ponctuel (on met au point sur un sujet statique) de deux manières: il est possible de demander à l’appareil de trouver tout seul la zone de mise au point sur le sujet le plus proche (toujours l’autofocus dynamique), de choisir nous-même (à l’aide du sélecteur en croix) la zone de mise au point désirée. Même si l’autofocus dynamique est excellent dans ces choix, je préfère personnellement travailler en mode ponctuel (mise au point au centre puis décalage du sujet par mes soins), qui gagne encore certainement quelques millièmes de seconde et qui fait TOUJOURS ce que vous voulez. Quel bonheur de toute manière de se retrouver avec un autofocus efficace, qui ne se trompe pratiquement jamais, et ce, et c’est important, même en basse lumière, sans l’aide de l’illuminateur du flash externe. Allez, je vous le conseille: ne touchez pas un appareil de cette catégorie (Nikon D1H, DX, Canon EOS 1 D), vous auriez l’impression en retouchant un appareil de milieu de gamme de tomber sur une éponge. Calcul de la lumière Ce n’est pas un Nikon et sa mesure matricielle 3D qui va me surprendre en mal, et le Nikon D1X ne faillit pas à la règle. Son capteur de 1005 pixels (une matrice de 67 segments verticaux sur 15 horizontaux) fait merveille, et je dois l’avouer (c’est sans doute une des nombreuses différences de l’amateur avec le pro), j’utilise extrêmement rarement l’exposition “pondérée centrale” ou “spot”, tellement ce mode de mesure matricielle travaille bien.

Contre-jour difficile, la matrice fait son travail

Rappelons que la bonne gestion des lumières est encore plus importante en numérique, puisque les capteurs sont bien moins tolérants qu’un film négatif, ou même qu’un film dia, pourtant déjà plus sensible. Les hautes lumières sont très vite cramées, et si l’appareil ne fait pas un bon travail à l’origine, on ne pourra rien en sortir, même à partir d’un fichier Raw en 12 bits.

Et très franchement, il est difficile de prendre le D1X en défaut.

En prise de vue au flash néanmoins, comme je l’explique plus bas, j’ai toujours l’impression que l’image est par contre un poil sous-exposée. Rien de grave puisque cela se corrige sans problème.

Notez encore que le Nikon travaille avec deux espaces de couleurs: sRGB et AdobeRGB

Tailles des images

Le Nikon D1 X est doté d’un capteur de grande taille, 23.7 x 15.6 mm équivalent à peu près à un négatif APS. Les pixels, au nombre de 5.4 millions, se trouvent être fort à l’aise puisqu’ils ont de la place (pensez aux pauvres pixels des appareils 5MP qui tiennent sur des capteurs 1/1.8 pouces!).

Or, on le sait, plus les capteurs peuvent être gros, moins le bruit dans l’image est présent. Les tailles d’images suivantes sont disponibles:

3008 X 1960 pixels et 2000 X 1312 pixels qui correspondent à peu près à un rapport 1.5, comme le 24/36, ce qui nous donne des photos dans des formats plus habituels que les traditionnels 4/3 des compacts ou de certains appareils haut de gamme numériques (Olympus E-20 par exemple). Personnellement, j’en suis enchanté, n’ayant jamais pu m’habituer à ces photos un peu carrées.

Ces deux tailles sont disponibles en Tiff-Lab (8 bits, 11.2Mb/5.0Mb par photo, format propre à Nikon) et Tiff-RVB (8 bits, 16.9Mb/7.5Mb par photo), JPEG Fine (compression 4X, 2.8Mb/1.3 Mb), Normal (compression 8X, 1.4Mb / 640Kb par photo) et Basic (compression 16X 720/320Kb par photo) (compression par 4, 8 et 16 respectivement).

Les données Raw brut de capteur ne sont disponibles qu’en 3008 X 1960 et 4016 x2616 avec NX2  et donnent des images 12 bits de 7.6Mb. (40Mb en TIFF) Notez que vous aurez besoin de Nikon Capture pour les retravailler, ou de Photoshop avec un plugin dédié, mais non fourni. Pour ma part je travaille avec Nikon NX2 une pure merveille et Shoot toujours en TIFF!

TIFF, oui il est préférable de prendre ses photos en mode Raw ou Tiff, mais bien évidemment, les cartes ont tendance à se vider plus vite, et les disques à se remplir à la même vitesse. Le mode Raw compressé permet de gagner 50% de place sans perte de qualité.

Le Jpeg Fine est un bon compromis, en n’oubliant pas cependant que ce format est recompressé et perd à chaque fois de sa qualité lorsqu’il est travaillé dans un éditeur d’images.

Si l’on veut conserver absolument toutes les informations de son original, un passage en Tiff est quasiment obligatoire.

Notez que par vu la taille du capteur, le facteur de grossissement des objectifs est de 1.5.

Un 24-85 devient ainsi un 36-130, difficile d’avoir un vrai grand-angle dans ces conditions. Nikon a créé un zoom fait tout exprès pour pallier ce problème (AF-S Zoom-Nikkor DX 12- 24mm f/4G IF-ED ), mais il est très cher.

Par contre, posséder un téléobjectif puissant ne pose plus de problème: un  80-200 ouvert à 2.8 devient un 120-300 pour le même prix. Et bonjour les photos de scène, voire les photos sportives!

J’ai fait plus de 35’000 mille photos depuis janvier 2003, que je n’ai bien entendu pas toutes gardées. C’est qu’on ne fait plus très attention en numérique, et je ne sais pas si c’est un bien. N’empêche! La douceur des couleurs, l’absence de bruit dans les basses sensibilités et jusqu’à 400 ISO est impressionnante.

Ce Nikon D1X est cher, certes, mais alors quelle qualité il nous donne. Franchement, à chaque fois, je suis émerveillé.

Seule ma paresse légendaire me fait parfois pencher pour un petit compact toujours dans la poche… oui oui, une GoPro Hero 3+ et ou un iPhone 5s 🙂

Mais j’espère toujours ne pas tomber sur “LA” photo de ma vie, alors que je n’ai pas le D1x autour du coup… 😦

Associé à un SB 80DX, comme je l’ai écrit, le Nikon D1X pour le moins ne crame pas les visages. Il reste très doux, grâce au système TTL avec dosage automatique Flash/ambiance par multi-capteurs 3D (ça sonne bien je trouve).

Flash indirect, c’est exactement ça en réalité…

Le SB 80DX (optionnel, bien sûr) est livré avec un diffuseur efficace, et permet, dans les situations difficiles de très basses lumières, d’illuminer le sujet afin d’aider le boîtier à mettre au point quand il n’y arrive plus tout seul. C’est bien entendu très efficace dans la plupart des situations.

Le D1X est capable de synchroniser au 500e de seconde (j’ai même lu que Chasseur d’Images était monté au millième sans problème), ce qui constitue un rêve au niveau des appareils argentiques. En fait, comme l’explique Chasseur d’Images, le capteur assure lui-même son obturation électronique, l’obturateur mécanique jouant le rôle de “bouchon” entre les vues. Cela explique aussi le pourquoi de l’extraordinaire puissance de  cette obturation (de 30 secondes au 16 millième de seconde, avec possibilité bien entendu de pose bulb).

Comme il se doit, la disponibilité du flash est rappelée dans le viseur, comme nous l’avons vu fort complet.

Malheureusement, le système Flash sans fil total offert par le D2H n’est pas disponible sur ce D1X, même via le tout nouveau SB-800. Il faudra toujours passer par l’adaptateur SU-4 qui rendra service mais n’assure pas, comme le fait le nouveau système, la sécurisation des éclairs (en d’autres termes, vous risquez de faire partir un flash qui n’est pas le vôtre!)

Autonomie: peut mieux faire, et moins cher!

Au niveau des cartes, aucun problème puisque ce D1X fonctionne à base de cartes CompactFlash. Je travaille personnellement avec un MicroDrive de max 2Gb qui ne m’a jamais posé de problème, et se trouve être aussi véloce qu’une carte San Disk Ultra de 2Gb que je prends avec moi “Au cas où”.

Ce qui est un peu plus délicat, c’est l’autonomie électrique de l’appareil. Oh, les progrès sont certains par rapport au D1 de base, qui tenait à peine 150 photos, avec les mêmes accumulateurs. Ici, le D1X monte à 250 à 300 photos (rappelons qu’il n’a pas de flash interne à alimenter). C’est limite avec un accumulateur de ce prix.

EN-4, la batterie chère et moyennement performante…

Le pire, c’est que le chargeur, je le rappelle optionnel (quand j’écris optionnel, je veux dire par là qu’il n’est pas livré avec l’appareil, voir intro de cet article, mais tout à fait nécessaire) ne permet pas d’alimenter le reflex lorsqu’on fait par exemple un transfert sur l’ordinateur, ou lorsqu’on travaille en studio.

Il faudra faire l’acquisition d’une alimentation supplémentaire. Non franchement, là, je trouve qu’il y a u peu d’abus. (en 2001)

Bref, si l’on veut partir en reportage un peu tranquille, il faudra faire l’acquisition de deux accus, voire trois si l’on veut remplir le MicroDrive. Je signale que ce n’est pas ce petit disque qui est responsable de la décharge relativement rapide de l’appareil. Mes essais avec la carte 256 Mb donnant le même résultat.

Il est aussi possible de partir avec son chargeur (peu pratique au demeurant, puisqu’il faut sortir l’accu et le brancher à un câble) mais il faudra pouvoir patienter les 90 minutes que demande une recharge.

À noter que tous les 20 chargements, Nikon recommande un reconditionnement de votre accumulateur qui peut prendre plus de 5 heures. Enfin, il semblerait que ces accumulateurs vieillissent relativement mal, comme c’est le cas trop souvent sur bien des appareils, pas forcément photographiques.

Le transfert vers l’ordinateur en deux manières:

  • soit vous sortez la carte et vous l’insérez dans un lecteur FireWire ou un adaptateur PCMCIA pour les portables
  • soit vous utilisez une connexion FireWire (câble à acheter à part) rapide et efficace. En ce cas, sachez que le Nikon ne monte pas sur le bureau. Vous transférerez les images via le logiciel Transfert d’images (qui reconnaît le D1X sans aucun problème) ou NX2, ou encore NikonView (offert, incroyable mais vrai!). Les deux techniques de transfert sont aussi rapides et fonctionnent sans le moindre problème. Personnellement, je préfère insérer la carte dans mon portable: j’ai le disque sur le bureau et je fais mes transferts de manière, me semble-t-il, un peu plus souple.Notez que vous pouvez prendre des photos via l’ordinateur à l’aide du logiciel NikonCapture (qu’il vous faudra acheter) si l’appareil est relié par FireWire à votre machine.

En conclusion:

Voilà, je vous ai fait faire le tour du Nikon D1x. Je tiens à dire que cet appareil est une vraie merveille. Certains estiment que ce boîtier date un peu face aux nouveaux appareils de Nikon ou même Canon. Il semble en tout cas qu’après le D2x, j’espère tester bientôt le D4 ou un 800E…

Aujourd’hui je suis heureux, mon D1x est enfin réparé suite au lâcher prise malheureuse dans mon salon… mais ça c’est une autre histoire! 🙂

De 2002 en Pdf, le Catalogue D1x

Bien à vous

Yves

Il y a 25 ans sortait le…

Yves@F4s
Yves@F4s

…Nikon F4  35mm à moteur intégré SLR fait par Nikon et produit entre 1988-97. Abandonnant le classique obturateur à rideaux de ses prédécesseurs pour un obturateur à translation verticale, plus rapide, le Nikon F4 est le premier appareil professionnel commercialisé par la firme à intégrer la mise au point automatique (tout en conservant la monture F de ses aînés), ainsi que les mesures matricielle (sur 5 zones) et spot.

À l’image du Nikon F3, ainsi que des F5 et F6, ses formes ont été sculptées par le styliste italien Giorgetto Giugiaro. Le Nikon F4 est le dernier appareil professionnel de la gamme à disposer de commandes traditionnelles (la sélection du temps de pose, par exemple, s’effectue au moyen d’un barillet).

Conçu pour répondre aux exigences d’une utilisation intensive dans les conditions de prise de vue les plus diverses, y compris au sein d’environnements difficiles, particulièrement humides, secs, chauds ou froids, le Nikon F4 a été construit selon des standards de qualité particulièrement exigeants. Il dispose, par exemple, d’un châssis entièrement réalisé en métal (à l’exception du viseur interchangeable), d’une étanchéité renforcée par l’emploi de joints toriques, et d’un obturateur capable, en théorie, d’assurer un minimum de 150 000 déclenchements sans faillir.

 F4 & D1x

 

Le Nikon F4 est la troisième version améliorée de l’original Nikon F qui a été introduit en 1959. Il a été remplacé en 1996 par le Nikon F5. Quelque vingt ans après son introduction, il a toujours été considéré par beaucoup comme l’un des plus performants, robustes et ergonomiques caméra professionnelle 35mm SLR photo jamais produite. Il est le dernier Nikon à accepter les lentilles Nikon F premières sans modification. Cette fonction active avec une petite languette en acier sur la bague des ouvertures de couplage juste derrière la monture d’objectif qui peut être replié en appuyant sur un bouton chromé sur le côté . Pour engager le couplage d’ouverture il sera affiché soit un “A” ou un “FEE” comme indication dans le viseur en utilisant les objectifs AI – et les objectifs AF, sauf en mode manuel.

 

Le F4 fonctionne avec n’importe quel objectif jamais fait pour la monture F dans les limitations fonctionnelles associées à l’objectif mis de l’appareil photo. La mise au point automatique fonctionne comme  assistance sur la plupart des objectifs manuels à pleine ouverture. En utilisant des lentilles de pré-AI, la butée de dosage vers le bas s’applique. Objectifs AI peut être utilisée en priorité à l’ouverture en mode d’exposition automatique, tandis que les objectifs AF peuvent être utilisées en priorité à l’obturateur et du programme-modes ainsi.

Nikon F4s version High Speed ​​Pack batterie MB-21
Nikon F4s version High Speed ​​Pack batterie MB-21

Nikon F4 08.jpg

 

Nathalie@F4s entre deux séances un 25 août 2012

This slideshow requires JavaScript.

Un F4 est plus lourd que ses prédécesseurs et est étroitement intégré avec ses accessoires, en particulier sa gamme de détecteurs, le dos et les batteries, afin de mieux l’adapter à la tâche à accomplir. Il pèse 1,5kg avec son objectif dans sa forme basique prêt à prendre des photos, tout en changeant le MB21 ajoute 0,2 kg. De ce fait il est vraiment bien dans les mains et offre une excellente stabilité. Le F4 est presque totalement dépendant de la batterie, le rembobinage du film peut être effectuée manuellement, mais il utilise les standards universellement disponibles des piles AA.

Nikon F4 06.jpg
Nikon F4 09.jpg
Nikon F4 05.jpg
Nikon F4 03.jpg
Nikon F4 01.jpg
Nikon F4 07.jpg

Caractéristiques:

 

  • Libération de l’objectif: le bouton sur le côté gauche de la bride de lentille
  • Monture d’objectif: Monture Nikon F
  • Concentrez modesAutofocus serrure: Possible en appuyant légèrement sur le déclencheur en mode Single Servo AF ou en utilisant le bouton AF-L, l’utilisation simultanée avec le bouton AE-L possible
    • Mise au point manuelle avec télémètre électronique et autofocus
    • Autofocus:
      • Autofocus Système de détection: détection de phase TTL Système d’utiliser Nikon AM200 module autofocus avancé
      • Plage autofocus à détection: env. EV 1 à EV moins de 18 ans à ISO 100 (dans des conditions d’inspection Nikon)
      • Autofocus actionnement méthode: servo simple ou autofocus continu
  • Le télémètre électronique: Disponible en mode mise au point manuelle avec les objectifs AF Nikkor, Ai-Nikkor de type, y compris Ai-Nikkor modifiés et non de type AI Nikkor avec une ouverture maximale de f/5.6 ou plus rapide
  • Mesure de l’exposition: mesure matricielle (avec Multi-Meter Finder DP-20); mesure pondérée centrale (avec Multi-Meter Finder DP-20 ou AE action Finder DA-20); mesure spot (avec n’importe quel viseur)
  • PosemètreBouton d’aperçu de profondeur de champ: Fournit une vérification visuelle de la profondeur de champ peuvent être visualisés en mode Manuel (M) ou priorité ouverture (A) Mode, coaxial avec le levier de verrouillage du miroir
    • Commutateur de mesure de l’exposition: Activé en appuyant légèrement sur le déclencheur; reste allumée pendant env. 16 sec. après avoir décroché le doigt de la touche de
    • Mesure la gamme: EV 0 à EV 21 à 100 ISO avec objectif f/1.4, EV 2 à EV 21 avec mesure spot
    • Contrôle de l’exposition: Manuel (M), et programmé (PH, P), Auto à priorité (S) et priorité ouverture (A) d’exposition automatique
    • Verrouillage de l’exposition automatique: Disponible en appuyant sur le bouton AE-L en mètre est
    • Compensation de l’exposition: Possibilité de numérotation utilisant la compensation d’exposition ± 2 EV par étapes de plage 1/3 EV
    • Surimpression: Via un levier sur le côté arrière droit de la plaque supérieure; réglage: 1. Tirez le levier de l’exposition multiple vers vous et relâchez le déclencheur. Le film n’avance pas.Levier de l’exposition multiple est automatiquement remis à sa position initiale. 2.Appuyez sur le déclencheur pour prendre la deuxième photo. Film fera avancer à l’image suivante. Depuis plus de deux coups sur le même châssis, tirez le levier avant chaque exposition supplémentaire.
  • Miroir reflex: Automatique à retour instantané avec une facilité blocage; pour verrouiller le miroir de visualisation réflexe dans la position “haute”, appuyez sur le bouton d’aperçu de profondeur de champ et tournez le levier de verrouillage du miroir dans le sens antihoraire jusqu’à ce qu’il s’arrête.(Dans ce cas, mesure de l’exposition ne peut pas être utilisé.)D’obturation: Electro-magnétique translation verticale, contrôlé obturateur plan titaniumfocal; cadran sur la plaque, Manuel haut et priorité à l’obturateur modes d’exposition Auto
    • Cela signifie que vous ne pouvez pas utiliser l’appareil en cas d’exposition automatique et / ou le mode autofocus plus (même si le viseur LCD peut indiquer l’information). Toute indication de la lumière par l’écran LCD est le résultat de la lumière parasite pénètre par le viseur oculaire. Toutefois, vous pouvez utiliser des compteurs suggéré l’appareil photo et l’utiliser en mode manuel.
  • Déclencheur: Déclencheur électromagnétique de déclenchement par aimant, sur la plaque supérieure
    • Autre déclencheur: il ya un bouton déclencheur est fourni au bas de la batterie High Speed ​​MB-21 ainsi que la puissance d’alimentation multiples High Speed ​​alimentation MB-23. Cette fonction est pratique pour le tir format vertical.Le bouton peut être verrouillé pour éviter le déclenchement intempestif. Remarque: tous F4 a un autre terminal communiqué à la partie arrière du bas.
    • Vitesses d’obturation: oscillateur niobate de lithium-contrôlé; contrôlé à partir de 1/8800-30 sec. continu en PH, P ou un mode; réglée de 1/8800-4 sec. par incréments de une en M ou S en mode, B, T et X (1/250)
  • Viseur: Nikon Multi-Meter Finder DP-20 fourni en standard; reflex à pentaprisme, Haute-Dégagement oculaire de type; système de comptage de sélection, bouton de réglage de la dioptrie, sabot, molette de correction pour verres de visée et le levier de volet d’oculaire fourni; interchangeable avec Nikon AE action Finder DA-20, Nikon 6X High-viseur DW-21 et Nikon niveau de la taille viseur DW-20Dégagement oculaire: Env. 22mm
    • Informations dans le viseur: LCD Par – valeur de compensation d’exposition, compteur de poses (type additif), le système de mesure utilisé, la vitesse d’obturation, ouverture, mode d’exposition, affichage électronique analogique, indicateur de verrouillage AE; par la fenêtre ADR – ouverture de l’objectif, par affichage LED – mise au point indicateurs, marque de la compensation d’exposition et de flash prêt-lumière. Commutateur d’éclairage prévu pour lumière faible vision
    • Interrupteur d’éclairage du viseur: Quand il fait sombre, utilisez l’illuminateur viseur à la lumière de toutes les informations dans le viseur. Tournez le commutateur, et appuyez légèrement sur le déclencheur pour éclairer l’afficheur. L’illuminateur s’éteint automatiquement que l’affichage du viseur disparaît, elle aussi passe momentanément hors tension pendant l’exposition. Sous le cadran vitesses d’obturation
  • Verre de visée: Nikon avancé de type B avec écran BriteView collimateurs centraux de mise au point automatique, interchangeable avec 12 écrans optionnels
  • Plage de sensibilité: ISO 25 à 5000 pour les films codés DX, ISO 6 à 6400 en étapes de 1/3 EV pour le réglage manuel de réglage de la vitesse du film: En position DX, régler automatiquement la vitesse ISO du film codé DX utilisé; commande manuelle possible
  • Chargement du film: Le film avance automatiquement jusqu’à la première vue lorsque le déclencheur est enfoncé une foisRemontage: En S (vue par vue) Mode de prise de vue, le film avance automatiquement une trame lors du déclenchement, dans CH (continu haute vitesse), CL (continu basse vitesse) ou Cs (Continuous silencieuse) Prise de vue en mode, les photos sont prises tant que déclencheur est enfoncé, la vitesse de prise de vue est d’env. 5,7 ips (CH), 3,4 ips (CL) ou 1,0 images par seconde (Cs) – pour mise au point automatique autofocus continu, test effectué avec un objectif AF Zoom-Nikkor 35-80mm lentille f/4-5.6D, six nouveaux piles AA alcalines, vitesse d’obturation de 1/250 sec. ou plus, à la température normale.
    • Chargement automatique du film: L’utilisateur tire simplement l’amorce du film jusqu’au repère ferme le dos de l’appareil, puis appuie sur le déclencheur – et la caméra passe automatiquement du film pour encadrer # 1.A lumineux LED s’allume et reste allumé pendant env. 16 sec. dans ce cas, l’opération avance du film s’arrête aussi.
  • Compteur de vues: Deux types d’additifs prévues – sur le dessus de la caméra et à l’intérieur du viseur (LCD)
  • Re-enroulement: Choix automatique ou manuelle; rembobine automatiquement lorsque cinéma leviers de rembobinage (R1) et (R2) sont utilisés; dure env. 8 sec. par 36 l’exposition rouleau (avec six piles de type AA), (avec six piles de type AA); s’arrête automatiquement lorsque le film est rembobiné; rembobinage manuel lorsque R1 levier est utilisé
  • Retardateur: Contrôlé électroniquement 10 sec. retard exposition; clignotement de la LED indique le fonctionnement du retardateur; cancelable; réglage: via le dernier réglage sur le mode d’entraînement du film
  • Griffe: Standard ISO à contact direct, contact témoin de disponibilité, contact de flash TTL, moniteur de contact
  • Synchronisation du flash: 1/60-1/250 en PH, P ou un mode, en M ou en mode S, déclenchement de l’obturateur à vitesse réglée et avec une plage de 1/250-1/8800 s, obturation est automatiquement réglée sur 1 /. 250; jusqu’à 30 sec. d’obturation est disponible en utilisant SB-24, SB-26 ou d’autres équivalents flashes Nikon etc en synchronisation second rideau en PH, P ou A en mode prêt-lumière du flash: Viseur LED s’allume lorsque le flash Nikon dédié est prêt à tirer; clignote pour avertir des pauvres appareil photo / flash de connexion ou une lumière insuffisante pour une exposition correcte
  • Flash PC prise: Un terminal de synchronisation distinct est fourni sur le Nikon F4. Utilisez cette borne pour fixer les flashes qui n’ont pas la chaussure norme ISO chaud.
  • Batteries: six piles de type piles alcalines ou NiCd
    • Batterie chambres: deux, sur la batterie haute vitesse MB-21
Ayrton Senna@Nikon F4s
Ayrton Senna@Nikon F4s

Version de boitiers F4

Le corps de la caméra F4 est disponible en trois configurations, différenciés par le choix de la batterie. Ceux-ci peuvent facilement être modifiés à tout moment. La batterie détermine le nombre de batteries à l’utilisation, la vitesse d’entraînement de film, et la combinaison de préhension:

  • F4 comprend le pack batterie MB-20. Il détient 4 × piles AA. Pas de poignée verticale. Avance du film 4fps.
  • F4S comprend le bloc-batterie MB-21. Il détient 6 × piles AA. Poignée verticale / déclencheur. Avance du film 5.7fps.
  • F4E comprend le bloc-batterie MB-23. Il détient 6 × piles AA, mais il peut aussi utiliser le pack de grande capacité MN-20 batterie. La poignée verticale / déclencheur est plus volumineux que le MB-21. Avance du film 5.7fps.

Viseurs

Il ya quatre détecteurs pour la F4:

  • DP-20 Multi-Meter est le viseur standard fourni avec l’appareil photo.
  • DA-20-Finder action avec fonctions de mesure limitées et une grande fenêtre du Finder.
  • DW-20 niveau de la taille viseur avec un grossissement de 5 × zone centrale
  • DW-21 6 × loupe grossissant Finder pour le plein écran critique.

Dos de données

Il ya deux données de caméra dos pour le Nikon F4 avec des fonctions supplémentaires, ainsi que d’un magazine 250 châssis en vrac film:

  • MF-22 pour l’impression de données Retour jour de l’année ou le moment de la journée sur le film dans le coin inférieur droit de l’image.
  • MF-23 multi-empreintes reprendre le contrôle par date choix, heure, numéro de châssis, un nombre consécutif de série, numéro de travail ou d’information de l’exposition; soit dans le cadre ou entre eux. Le MF-23 fonctionne également comme une minuterie lorsque vous spécifiez l’heure de début, l’intervalle et le nombre de cadres à exposer, et comme une exposition retardée début avec un nombre spécifié d’expositions, ainsi que l’exposition longtemps à 999houres, minutes ou secondes. Le bracketing auto peut prendre jusqu’à 19 images différemment exposées. Une fonction particulière déclenche l’obturateur lorsqu’un objet apparaît au point comme pré-sélectionnée.
  • MF-24 250 images en vrac film de magazine offre les mêmes fonctions que le Multi Control MF-23. Il est utilisé dans le cadre de deux cassettes de films en vrac MZ-1 pour un maximum de 10 mètres de pellicule 35mm.

Yves@F4
Yves@F4

Links

 

En Anglais catalogue du Nikon F4