Shirley Bassey – Goldfinger

Cover of "Goldfinger [Blu-ray]"
Cover of Goldfinger [Blu-ray]
Dame Shirley Bassey, DBE, née le 8 janvier 1937 à Cardiff (Pays de Galles), est une chanteuse de variété britannique dont la carrière a commencé vers la fin des années 1950.

Avec Barbra Streisand, elle est recordwoman de longévité dans les hit-parades et, selon son label, créditée de 135 millions d’albums vendus. Elle est également artiste de l’UNESCO pour la Paix.

Elle est particulièrement connue pour être la seule personne à avoir enregistré plus d’une chanson du générique des films:

James Bond (Goldfinger en 1964, Les Diamants sont éternels en 1971 et Moonraker en 1979).

Les producteurs Craig Zadan et Neil Meron avaient en effet assuré qu’à l’occasion de la 85e cérémonie des Oscars, qui se déroula le 24 février au Dolby Theatre à Los Angeles, un hommage tout particulier serait consacré à la franchise James Bond.

Goldfinger Trailer

Skyfall enfin en Blu-Ray

skyfallDaniel Craig peut être fier de lui : Skyfall est à ce jour le James Bond qui a récolté le plus de dollars dans les salles de cinéma du monde entier. Skyfall est le premier Bond intégralement tourné en numérique via des caméras Arri et Red Epic. Il s’agit là d’une véritable révolution qui pouvait laisser croire qu’on allait avoir affaire à une image « très numérique »… Mais c’était sans compter sur le talent du réalisateur Sam Mendes et de son directeur de la photo. Découvrez notre test d’un Blu-ray qui, justement, rend hommage à tous ces films de James Bond tournés avec des pellicules.

S’il ne devait en rester qu’un, ce serait peut-être celui-là : James Bond contre Dr. No ! Pour les fans de 007, les premières aventures de Bond portées à l’écran en 1963 relèvent du Saint Graal. Avec Sean Connery en tête d’affiche, et la sculpturale Ursula Andress en guise de Vénus sortant des eaux, les fans de 007 en ont vraiment eu pour leur argent. Un demi-siècle après la sortie en salle, le Blu-ray de ce film culte atterrit dans les colonnes des Numériques. Qu’en est-il de cette restauration ? Que peut-on attendre d’un film qui accuse 50 ans au compteur ?

En pleine folie de Star Wars, 007 s’est envoyé dans l’espace à la fin des années 70 avec Moonraker. Certes, ce volet n’est pas franchement une réussite mémorable, mais il était intéressant de savoir ce que la restauration pouvait lui apporter, notamment sur les scènes spatiales et tous les paysages, dont  ceux tournés dans la ville de Venise.

Synopsis : James Bond ne réussit pas toutes ses missions. La dernière en date a mal tourné, avec pour conséquence immédiate une liste d’agents infiltrés qui se retrouve en de bien mauvaises mains. Pire encore, le siège du MI6 sera attaqué par on ne sait qui et l’autorité de M sera remise en cause. Déstabilisée par ce qui pourrait signer la fin de sa carrière, M compte bien peu d’alliés, excepté 007, qui va devoir agir dans l’ombre afin de débusquer l’homme qui se cache derrière l’attentat du siège du MI6. Il sera aidé sur le terrain par Eve, avec laquelle il devra jouer serré dans les quatre coins de la planète…

Tournage : 007 vire 100 % numérique ! Le film a été capté avec des caméras Arri Alexa et Red Epic en 2.8K (Scope) et 5K pour les prises de vue aériennes. Skyfall été présenté en salle en Scope 2.35/1 (et en IMAX selon les salles).

Quelques idées sur le film

Points forts– Une quasi-renaissance du mythe sous la patte de Sam Mendes.
– La séquence d’ouverture est hallucinante !
– Daniel Craig !
– Un scénario qui fait craindre le pire pour tous les personnels de MI6.
– Qualité de la photo.
– Des voyages et des filles de rêve.
– Le combat très Blade Runner à Shanghai !
– Musique, qualité du mixage des bruitages.
– Un bon vrai méchant bien vicieux, ça ne se refuse pas.
Points faibles– Quelques coups de mou dans la narration.
– Des twists un peu « too much » parfois.
– On ne voit pas assez Bérénice
– Certains diront que l’âme de James Bond d’antan s’est envolée….
SkyfallAstonMartinBluray